Bookmark and Share

mai-juin 2011

Stacks Image 3639

etoile_anim

Sommaire Place publique # 27

LE DOSSIER Nantes et Saint-Nazaire, des villes créatives ?
• Thierry Guidet Des Allumées au Quartier de la création
Nantes comme Saint-Nazaire utilisent depuis une vingtaine d’années le levier de la culture pour répondre à la crise industrielle et se rendre attractives. Aujourd’hui, on change d’échelle en attendant de la culture qu’elle soit, à part entière, une activité économique de substitution. Pourquoi pas ? À condition de ne pas prendre quelques vessies pour des lanternes et de rester attentif au risque d’incompréhension d’une partie de la population.
• Solène Chesnel Bilbao, Angoulême, Nantes : autant de modèles que de villes
Les exemples de villes qui se veulent créatives ne manquent pas. Mais ce terme recouvre des réalités bien différentes. Certaines villes disposent d’un patrimoine architectural remarquable ou d’équipements culturels de premier plan. D’autres sont contraintes de se spécialiser dans un domaine d’excellence ou bien de jouer simultanément les cartes du renouvellement urbain, de l’action culturelle et de la formation. Et si l’on manque d’études convaincantes sur le lien entre créativité et développement économique, il est incontestable que les activités culturelles contribuent au rayonnement des villes.
Yannick Guin ECCE : la leçon européenne
Le projet européen ECCE (Economic clusters of cultural enterprises) est piloté par Nantes Métropole depuis 2005. L’occasion de se frotter à de grandes villes européennes et de vérifier qu’il existe des conceptions bien différentes de l’économie culturelle. Entretien avec Yannick Guin, l’élu en charge du projet.
Jean-Luc Charles « Pas de murailles autour du Quartier de la création »
Jean-Luc Charles est le nouveau directeur général de la Samoa (Société d’aménagement de la métropole Ouest Atlantique). Il s’explique sur la genèse, les enjeux et les ambitions du Quartier de la création qui voit le jour sur l’Île de Nantes.
Quartier de la création : le calendrier
Elsa Vivant : du bon usage de la ville créative
L’urbaniste Elsa Vivant n’accorde pas grand crédit aux théories à la mode sur les classes et les villes créatives. Elle n’exclut toutefois pas qu’on en fasse un bon usage en renouant avec la vieille idée de la ville émancipatrice.
Luc Douillard Oui, mais la créativité est enfant de bohème…
Et si aménager, c’était d’abord nommer ? Forger les mots acceptables ? Concentrer le semblable en un même lieu ? Et si l’on oubliait que le génie créateur « n’a jamais, jamais connu de loi » ?
Jean-Claude Pinson Du prolétariat au poétariat ?
Ce qu’on appelle aujourd’hui l’Île de Nantes et son Quartier de la création est un lieu où l’on voit, avec une clarté particulière, le passage de l’ère industrielle aux temps post-industriels. Le « poétariat » est-il en passe de succéder au prolétariat ? Cette agrégation de précaires instruits n’a rien à voir avec la prétendue classe créative, imaginée par Richard Florida. Elle préfigure peut-être un autre rapport au monde et à l’existence où l’homo artisticus prendrait le pas sur l’homo œconomicus.
Sandrine Émin Halles Alstom : les bienfaits de la proximité
Une cinquantaine « d’entreprises créatives » se sont regroupées depuis 2005 au sein des anciennes Halles Alstom sur l’Île de Nantes, au cœur du futur Quartier de la création. Leur proximité géographique, mais aussi leurs affinités, leur ont permis de tisser des liens marchands et non-marchands. À l’évidence, un « effet cluster » est à l’œuvre.
Dominique Sagot-Duvauroux Comment mesurer la valeur vaporeuse de la culture ?
Mesurer les retombées économiques de la culture reste délicat. Se contente-t-on d’évaluer le chiffre d’affaires des « industries créatives » ? S’attache-t-on aux effets financiers d’un festival ? Et que dire de l’image qu’en tire une ville ou tout simplement du plaisir qu’ont les habitants à vivre à proximité d’une médiathèque ?
Danielle Pailler et Caroline Urbain Nous sommes tous des créatifs !
La créativité n’est pas l’apanage de la « classe créative » imaginée par Richard Florida. Elle n’est pas un bien rare, mais existe en chacun de nous y compris les populations en situation de précarité qui paraissent pourtant bien éloignées de tous les discours sur les villes créatives. Ce gisement de créativité peut être exploité grâce à la mise en œuvre de politiques publiques s’efforçant de « refaire l’égalité », selon la formule de Pierre Rosanvallon.
PATRIMOINE
RÉSUMÉ > Créée à Nantes en 1960, la galerie Argos a joué un rôle exceptionnel dans la diffusion de l’art contemporain en province. Les plus grands y ont été exposés malgré les réticences d’une bonne part de l’opinion locale. L’action de sa créatrice, Jeanne Charles Bourgeat, reconnue par le ministère de la Culture, conserve aujourd’hui valeur d’exemple.
La lettre R comme Radio, République, Rivets, Robin (Jorj), Royale (Place)
SIGNES DES TEMPS
Thierry Guidet Bloc-notes
Critiques
- livres
- expositions
La chronique d’architecture de Dominique Amouroux
La chronique de Jean Théfaine
La chronique de Jean-Luc Quéau
L'ENTRETIEN
Contexte > Patrick Mareschal a décidé de quitter la présidence du Conseil général. Ce tournant de la vie politique départementale est l’occasion de revenir sur une quarantaine d’années d’engagement qui ont vu un statisticien, proche des idées de Jean-Jacques Servan-Schreiber, rejoindre le Parti socialiste, devenir premier adjoint de la ville de Nantes, puis le premier président de gauche du Conseil général de Loire-Atlantique tout en restant l’un des plus farouches partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne.
CONTRIBUTIONS
Résumé >  La révolution égyptienne a aussi des causes proprement urbanistiques. Le Caire, la plus grande ville d’Afrique, s’est soulevée parce que des millions de familles craignaient la démolition de leur quartier et souffraient de la privatisation des services urbains par les affairistes proches du pouvoir. C’est aujourd’hui un nouveau modèle urbain qu’il faut réinventer.
RÉSUMÉ >  Résumé > Nantes est bien loin de profiter de la notoriété que pourrait lui conférer la grande figure de Jules Verne. Pourquoi ne pas y créer un Vernoscope, un centre vernien du futur, qui serait à la fois un lieu de vulgarisation scientifique et une attraction touristique ?
RÉSUMÉ > L’énorme abstention témoigne d’une crise de l’institution départementale. Mais si l’on prend en considération aussi la poussée du Front national – y compris dans l’Ouest – et l’importance du vote blanc, on, voit bien que la crise est aussi politique. Et qu’elle affaiblit les partis de gouvernement.
RÉSUMÉ > Le rêve de la maison isolée en pleine campagne conserve une étonnante vitalité malgré ses conséquences écologiques néfastes. L’urbain diffus détruit ce qu’il recherche : la nature. Les racines de ce rêve se trouvent dans de très anciennes traditions, aussi bien grecques que chinoises, mais aussi dans une conception dualiste de l’homme, pensé comme un sujet séparé de son milieu.
RÉSUMÉ > La question de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises préoccupe des cercles de plus en plus larges. C’est notamment le cas dans la métropole où l’on relève des innovations intéressantes, des recherches universitaires approfondies et où sont prévues, cette année, plusieurs manifestations sur le thème, dont, en mai, le « Parlement des entrepreneurs d’avenir ». Ce lien avec le territoire ne doit rien au hasard puisque, précisément, la responsabilité des entreprises est censée ne pas seulement s’exercer à l’égard de ses salariés, de ses actionnaires et de ses clients, mais aussi à l’égard de son territoire tout entier.
INITIATIVES URBAINES
CONTEXTE > Après Alexandre Chemetoff, Jean-François Revert, Nicolas Michelin, Jacques Ferrier, Philippe Madec, Jean-Pierre Pranlas-Descours, François Grether, François Leclercq et Christian Devillers, Patrick Bouchain est le nouvel invité de cette série consacrée aux architectes et urbanistes étant intervenus à la fois à Rennes et à Nantes.
Le Conseil de développement de Nantes Métropole s’associe évidemment à la démarche prospective de l’agglomération, baptisée « ma ville demain ». Mais elle le fait à la manière du off d’un festival, libre, critique et décalé par rapport aux manifestations officielles. Le Conseil de développement invite notamment à passer du « je » au « nous ». Il attire l’attention sur des thèmes dont l’importance est parfois sous-estimé comme la petite enfance, la santé, le territoire numérique…